Présentation

  • : Dessins poétiques
  • Dessins poétiques
  • : Blog de Sara Picazo afin d'y présenter ses illustrations avec le rotring, mais aussi quelques autres des ses créations.
  • Contact
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 13:59
Le plateau
Le plateau

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 23:08
Ma chaise designée de mes dessins
Ma chaise designée de mes dessins
Ma chaise designée de mes dessins
Ma chaise designée de mes dessins
Ma chaise designée de mes dessins

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 19:29
Terre d'espoir

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 15:08
Sous la mer

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 13:08
Le soleil domine le monde

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 15:34

Peinture à l'encre de chine et à l'aquarelle.

Je l'ai appelé ce dessin "clownesque" car il me l''évoque par ses couleurs et son dynamisme. .

clownesque

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 16:16
L'homme zèbre

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 14:27
L'enfant étoile de Oscar Wilde

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 21:44
Le prisonnier

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 08:45
Elévation

Elévation

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins;

Celui dont les pensers, comme les alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le language des fleurs et des choses muettes!

Baudelaire: Les Fleurs de mal, III

Partager cet article

Published by Picazo
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog