Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dessins poétiques
  • Dessins poétiques
  • : Blog de Sara Picazo afin d'y présenter ses illustrations avec le rotring, mais aussi quelques autres des ses créations.
  • Contact

Archives

27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 18:35

Dans l’obscurité, on entendait le bruit des battements de scilles et les paupières qui faisaient voler les cheveux de Plantange.
Elle évitait les regards. Elle se demandait pourquoi  ses orifices vivaient dans cette cavernes.

L’algue verte répondit à sa curiosité.
-” Ces yeux sont les protectectrices du temple de la déesse Gaia et leurs larmes sont de la sève qui nourissent toute l’île afin que toutes les plantes et les animaux vivent en harmonie.”

Repost 0
Published by Picazo - dans conte plantange
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 18:33

Plantange suivit la petite algue verte sur un chemin parsemé de personnages étranges qui avaient des yeux sur des pétales de roses, sur les troncs, sur les feuilles, sortant comme des pustules des plantes et des animaux aux formes rocheuses. Des oiseaux volaient avec des yeux sur le ventre.

-” Suivez-moi. Je vais vous guider vers la déesse, mère de notre monde, celle qui donne vie. Elle seule pourra répondre à votre demande. Elle sera ou se trouve votre père. Notre mère s’appelle Gaiana.
Plantange s’enfoçait avec croco dans la forêt. Ils découvrir une grotte au bord du chemin.

-” Enfoncez-vous dans cette grotte et suiver moi jusqu’à que la lumière vous ouvre les yeux. Surtout ne fêtes pas attention au bruit ni au yeux. Ils voudront vous emporter dans leur méandre, rester près de moi sans me perdre de vue.

Et Plantange et croco s’enfoncèrent avec la petite algue dans ce labyrinthe vétal. L’intérieur était nervuré par des branches entremêlées et bougeaient à chaque pas. Des algues léchaient leurs pieds. Il faisait chaud à en suffoquer. Plantange suait

D’énormes yeux endormies ou ouvert scrutaient ce petit monde souterrain. L’algue verte leur dit :
“Surtout ne regarder pas les yeux, marcher devant vous sans trop de bruit car si un bruit lruit les font pleurer nous allons être noyer par l’écoulement de leurs larmes.

Repost 0
Published by Picazo - dans conte plantange
commenter cet article